Search results

Your search found 17 items
Sort: Relevance | Topics | Title | Author | Publication Year
Home  / Search Results
Date: 2019
Abstract: Le nombre d’ACTES antisémites (ACTIONS + MENACES) ayant donné lieu à un dépôt de plainte est en hausse de 74% en 2018 comparativement à 2017. Il est passé de 311 à 541 = Plus d’un Acte antisémite commis par jour.

Le nombre d’ACTIONS antisémites (Attentat ou tentative, homicide ou tentative, violence, incendie ou tentative, dégradation ou vandalisme) ayant donné lieu à un dépôt de plainte est en hausse de 89%. Il est passé de 97 à 183 comparativement à 2017.

Parmi les ACTIONS, les Violences physiques antisémites ont augmenté de 170% en 2018, 81 contre 30 en 2017.
= Plus d’une Violence physique antisémite commise par semaine.

En mars 2018, 11 mois après le massacre de Sarah Halimi (zal), une grand-mère juive est sauvagement assassinée chez elle. Mireille Knoll (zal) avait échappé enfant à la rafle du Vel d’Hiv. En 2018, les Français juifs, qui représentent moins de 1% de la population, ont subi 55% des Violences physiques racistes commises en France. Les adultes et les enfants juifs affrontent un quotidien oppressant, agressif et une violence continue.

Le nombre de MENACES antisémites (Propos, geste menaçant ou démonstration injurieuse, tract et courrier, inscription) ayant donné lieu à un dépôt de plainte est en hausse de 67% en 2018 comparativement à 2017. Il est passé de 214 à 358.

Précisons que plusieurs facteurs viennent encore majorer ces chiffres déjà dramatiques. La mesure des Actes antisémites est bien inférieure à la réalité car :

‣ La majeure partie des discours et propagandes antisémites a migré vers Internet ces dernières années. Or, la comptabilisation des Menaces n’inclut que quelques faits relevés sur Internet mais pas la pleine activité antisémite qui s’y propage.
‣ Le curseur de l’antisémitisme en France est allé tellement loin, jusqu’au terrorisme, assassinant même des enfants, des vieilles dames, que les témoins ou victimes de « l’antisémitisme du quotidien » manifestent une sorte de résignation et d’habituation. Ils ne déposent plus plainte pour des faits considérés comme « mineurs » comparativement aux violences physiques antisémites. Or leur gravité et conséquences désastreuses restent entières.
‣ De nombreuses victimes d’Actes antisémites disent ne pas porter plainte par peur de représailles.
‣ De nombreuses victimes d’Actes antisémites sont peu confiantes sur l’aboutissement d’une enquête et sur l’issue d’une procédure pénale.
• L'antisionisme et la haine d'Israël prolifèrent de façon décomplexée voire admise. Ils oeuvrent comme des paravents masquant, voire légitimant l’antisémitisme.
• L’opération Sentinelle, engagée en France dès janvier 2015, avait contribué activement et rapidement à une baisse conséquente en 2016 des actes antisémites, passant de 808 en 2015 à 335 en 2016, soit une baisse de 58%.
Depuis la levée de son dispositif statique, les Actions antisémites n’ont cessé de croître dans des proportions inquiétantes. Ayant démontré leur efficacité, le retour à des mesures de prévention et de protection
dédiées à la communauté juive semble donc urgent et nécessaire.
Date: 2018
Abstract: ON NE PEUT RAISONNABLEMENT PAS PARLER DE BAISSE DE L’ANTISEMITISME

Le nombre d’ACTES antisémites (ACTIONS + MENACES) ayant donné lieu à un dépôt de plainte est passé de 335 en 2016 à 311 en 2017. Soit une baisse de 7%.

‣ Mais ce chiffre est faussement encourageant. Relevons certaines réalités qui doivent être prises en compte dans l’analyse:

Le nombre des ACTIONS antisémites (attentat ou tentative, homicide ou tentative, violence, incendie ou tentative, dégradation ou vandalisme) ayant donné lieu à un dépôt de plainte est passé de 77 en 2016 à 97 en 2017. Soit une hausse de 26%.

Parmi ces violences, notons l’assassinat sauvage de Sarah Halimi (z’l), une femme de 65 ans, à son domicile dans le 11ème arrondissement de Paris.

Le nombre des MENACES antisémites (propos / geste menaçant ou démonstration injurieuse, tract / courrier, inscription) a diminué de 17% en 2017 comparativement à 2016 (214 contre 258).

Précisons que plusieurs facteurs viennent relativiser cette baisse :

✓ La comptabilisation des MENACES n’inclut que quelques faits relevés sur Internet mais pas la pleine activité antisémite sur Internet. Or, la majeure partie des discours et propagandes antisémites a migré vers Internet ces
dernières années.
✓ Le curseur de l’antisémitisme en France est allé tellement loin, jusqu’au terrorisme, assassinant même des enfants, des vieilles dames, que les témoins ou victimes de « l’antisémitisme du quotidien » manifestent une
sorte de résignation et d’habituation. Ils ne déposent plus plainte pour des faits considérés comme « mineurs » comparativement aux violences physiques antisémites. Or ces mêmes actes du quotidien donnaient lieu à
des plaintes il y encore quelques années. Une partie de ces « signaux plus faibles » ne sont plus dénoncés alors que leur gravité et leurs conséquences désastreuses restent entières

De nombreuses victimes d’actes antisémites disent ne pas porter plainte par peur de représailles.
✓ De nombreuses victimes d’actes antisémites sont peu confiantes sur l’aboutissement d’une enquête et sur l’issue d’une procédure pénale.
Le nombre des MENACES antisémites ayant donné lieu à une plainte représente donc un volume très inférieur à la réalité.
En 2017, une augmentation très forte des ACTIONS antisémites (+26%) et une baisse « artificielle » des MENACES (-17%) conduisent à une vraie inquiétude et à la nécessité de plans d’action forts et immédiats en matière d’éducation, de prévention et de sanction.
‣ 1 acte raciste sur 3 commis en France en 2017 est dirigé contre un Juif. Rappelons que les Français juifs représentent moins de 1% de la population et subissent 33% des actes racistes.
‣ L'antisionisme et la haine d'Israël prolifèrent de façon décomplexée, voire admise. Ils oeuvrent comme des paravents masquant, voire légitimant l’antisémitisme. Comment mesurer et étudier un phénomène pour le combattre si on lui permet de se dissimuler ? Comment cautionner un délit par un autre délit ?
Date: 2017
Abstract: Le nombre d’actes antisémites ayant donné lieu à un dépôt de plainte est passé de 808 en 2015 à 335 en 2016. Soit une baisse de 58%.

Le déploiement du plan de protection statique par l’opération Sentinelle à travers la France a, selon toute vraisemblance, contribué activement et dans des délais courts à cette baisse. Les effets à moyen et long termes des plans gouvernementaux luttant contre le racisme et l’antisémitisme sont très attendus pour continuer à réduire le nombre d’actes racistes et antisémites encore trop nombreux.

Relevons derrière ces chiffres encourageants certaines réalités qui doivent être intégrées à
l’analyse :

-L’ultra violence et le terrorisme, qui ciblent les Juifs en France, éclipsent souvent l’antisémitisme « du quotidien ». De très nombreuses victimes d’agressions verbales ou de violences légères antisémites ne déposent plus plainte. Elles cèdent à une
habituation ou à une banalisation. Le curseur de l’antisémitisme est allé si loin dans la terreur que les « signaux plus faibles » ne sont plus dénoncés ; alors que leur gravité et conséquences désastreuses restent entières.

-1 acte raciste sur 3 commis en France en 2016 est dirigé contre un Juif alors que les Juifs représentent moins de 1% de la population.

-Depuis de nombreuses années, il existe un glissement fort des propagandes et discours antisémites des anciens supports vers Internet. Or, à ce jour, le recensement exhaustif des incitations à la haine ou à la violence antisémites sur le Net n’existe pas.

-L'antisionisme et la haine d'Israël grandissants œuvrent comme des paravents masquant, décomplexant, voire légitimant l’antisémitisme. Comment mesurer et étudier un phénomène pour le combattre si on lui permet de se dissimuler ? Comment
cautionner un délit par un autre délit ?
Date: 2016
Abstract: ה-SPCJ) שירות להגנת הקהילה היהודית) מפרסם דו"ח סטטיסטי על האנטישמיות בצרפת בשנת
2015
איסוף המידע בנושא המעשים האנטישמיים בצרפת מתבצע על-ידי ה-SPCJ בשיתוף פעולה הדוק עם
משרד הפנים הצרפתי
האנטישמיות בצרפת בשנת 2015 הייתה גבוהה באופן קיצוני, אלימה ביותרו ,נבעה ממקורות
צרפתיים פנימיים:
ב-2015 בוצעו בצרפת 808 מעשים אנטישמייםמ .ספר זה כולל אך ורק את המעשים שבעקבותיהם •
הוגשה בפועל תלונה למשטרה. מדובר במספר גבוה ביותר.
בשנת 2015 נלקחו 29 בני ערובה (גברים, נשים, ילדים ותינוקות) בסופרמרקט "היפר כשר". האירוע •
התרחש ב-9 בינואר 2015 .במהלך האירוע הוצאו להורג 4 בני אדם.
לראשונה הגיעה האנטישמיות בצרפת לרמה גבוהה באופן קיצוני, ללא כל קשר לסכסוך מזוין • כזה
או אחר במזרח התיכון.
בשנת 2015 שוב ספגו היהודים, המהווים פחות מ-%1 מאוכלוסיית צרפת, %40 מן המעשים •
הגזעניים שבוצעו בצרפת בכלל, ו-%49 מן התקיפות האלימות על רקע גזעני.
בשנת 2015 קיבלה משטרת צרפת בממוצע 2 דיווחים על מעשים אנטישמיים מדי יום. •
בשנת 2015 נרשם מספר גדול של עדויות מפי כאלה שנפלו קורבן למעשים אנטישמיים אולם בחרו •
שלא להגיש תלונה במשטרה על העלבונות האנטישמיים שהוטחו בהם, על האיומים שספגו או על
התקיפות ה"קלות" שבוצע נגדם, וזאת חרף העובדה שחודשים ספורים קודם לכן הוצאו יהודים
להורג רק בשל היותם יהודים.
עולה בהתמדה מספרם של יהודי צרפת הבוחרים להגר למדינות אחרות או המתכננים לעשות זאת. •
חלק ניכר מיהודי צרפת שוב אינו מצליח להבין איזה מקום תופסים היהודים באומה הצרפתית,
וחש שבנוסף לאי-הביטחון הפיזי שבו הם שרויים, המדינה כבר איננה מבינה אותם
Date: 2016
Abstract: Le SPCJ publie les statistiques et analyses de l’antisémitisme en France en 2015
Le recensement des actes antisémites commis sur le territoire français
réalisé par le SPCJ se fait en étroite coopération avec le Ministère de l’Intérieur.
L’antisémitisme en France en 2015 est extrêmement élevé, hyper-violent et endogène :
‣ 808 actes antisémites commis en France en 2015 ayant donné lieu à un dépôt de plainte.
Un nombre extrêmement élevé.
‣ En 2015, 29 personnes (hommes, femmes, enfants, bébés) sont prises en otage dans un
supermarché cacher le 9 janvier 2015. 4 personnes y sont exécutées.
‣ Pour la première fois, l’antisémitisme en France atteint un niveau extrêmement élevé
indépendamment de tout conflit armé au Proche Orient.
‣ En 2015, une fois de plus, les Juifs, qui représentent moins de 1% de la population totale,
sont la cible à eux seuls de 40% des actes racistes commis en France et de 49% des
violences racistes aux personnes.
‣ En France, en 2015, en moyenne, 2 actes antisémites sont recensés par la police chaque
jour.
‣ En 2015, de très nombreux témoignages de victimes d’actes antisémites évoquent leur
réticence à déposer plainte pour des insultes antisémites, des menaces ou des violences
légères alors que certains, quelques mois plus tôt, se sont fait exécuter, car Juifs.
‣ Le nombre de Juifs qui quittent ou envisagent de quitter la France pour rejoindre d’autres
pays ne fait qu’augmenter. Une grande partie des Juifs en France ne comprend plus sa
place dans la Nation, se sent incomprise au-delà même de son insécurité physique.
Date: 2013
Abstract: 2012 : Une année de violences sans précédent contre les Juifs de France
• La Communauté juive a été la cible de 2 attentats en moins de 6 mois.
4 personnes - dont 3 enfants - ont été tuées et 2 personnes ont été blessées.
• 614 actes antisémites ont été recensés en 2012 contre 389 en 2011, soit
une augmentation de 58%
• Les agressions physiques et verbales (violences + propos, gestes
menaçants et démonstrations injurieuses) ont augmenté de 84% par
rapport à 2011 (315 en 2012 contre 171 en 2011)
• Les agressions physiques (violences) ont augmenté de 69% en 2012
comparativement à 2011 (96 en 2012 contre 57 en 2011)
• Un quart des agressions physiques est commis au moyen d’une arme
Les 2 principaux pics d’augmentation des actes antisémites ne sont pas liés au
contexte international
• Loin de susciter une prise de conscience, les attentats de Toulouse et de
Sarcelles ont été suivis d’une augmentation très marquée des actes
antisémites
• Après l’attentat de Toulouse, de nombreux actes antisémites ont été
commis en faisant référence à un soutien ou à une identification à Merah
et à son action
55% des violences racistes en France en 2012 sont dirigées contre des Juifs*
• Selon les services du Ministère de l’Intérieur, 175 faits de violence physique
à caractère raciste ont été enregistrés : 96 faits à caractère antisémite, 70
faits à caractère raciste et xénophobe et 9 faits à caractère antimusulman.
• L’augmentation des actes antisémites en France en 2012 est plus de 8 fois
supérieure à l’augmentation des autres actes racistes et xénophobes : 58%
contre 6.8%
* Ce chiffre est à mettre en perspective avec la réalité démographique estimée de la communauté juive en France
Où ont lieu les agressions antisémites contre les personnes ?
• La majorité des agressions antisémites ont lieu sur la voie publique
• Certaines villes et certains quartiers sont le théâtre d’agressions
antisémites chroniques
Date: 2014
Abstract: Le SPCJ publie les statistiques et analyses de l’antisémitisme en France en
2013.
Le recensement des actes antisémites commis sur le territoire français
réalisé par le SPCJ se fait en étroite coopération avec le Ministère de
l’Intérieur.
‣ La diminution attendue du nombre d’actes antisémites après l’année
2012 – année hors norme en matière d’antisémitisme – n’a pas eu lieu
dans les proportions légitimement escomptées.
‣ Le niveau élevé de menaces antisémites crée un climat hostile où la
parole haineuse anti-juive se libère et favorise à court ou moyen terme
les passages à l’acte.
On peut aisément se figurer combien ce climat va au-delà du présent
recensement chiffré. En effet, le nombre de sites internet, blogs, forum,
mails de nature antisémite se développe de façon exponentielle sur la
toile et ces nouvelles manifestations médiatiques d'antisémitisme ne
sont toujours pas, à ce jour, comptabilisées.
‣ Depuis l’an 2000, soit depuis 14 années consécutives, le nombre d’actes
antisémites en France est très élevé.
Depuis l’année 2000, le nombre d’actes antisémites recensés est en
moyenne 7 fois plus élevé que le nombre d’actes antisémites des années
90. Sur la période, 6 personnes ont été assassinées parce que juives dont
trois enfants en bas âge.
L’antisémitisme en France ne peut plus être considéré comme un
phénomène conjoncturel lié aux évènements et conflits du ProcheOrient
; il s’agit d’un mal structurel qui n’étant pas combattu comme
tel n’a pu être enrayé à ce jour.
‣ Racisme et antisémitisme : « 40% pour moins de 1% »
40% des violences racistes commises en France en 2013 sont dirigées
contre des Juifs. Or, les Juifs en France représentent un peu moins de
1% de la population. Cela signifie que moins de 1% des citoyens du
pays a concentré 40% des violences physiques racistes commis en
France.
‣ Cette année encore les villes de Paris, Marseille, Lyon, Toulouse,
Sarcelles, Strasbourg et Nice sont les villes les plus touchées par le
nombre d’actes antisémites recensés en France.
La rétrospective des faits et tendances antisémites de ces 14 dernières
années démontre que la violence antisémite s’est installée, ancrée dans la
société. Mais élément aggravant, pour les Juifs de France c’est leur
sentiment d’isolement dans le combat contre l’antisémitisme. Or les
valeurs attaquées par ce fléau ne sont-elles pas celles de tout une Nation ?
La lutte contre l’antisémitisme se joue dans les terrains judiciaires et c’est
tout naturel puisqu’il s’agit d’abord de délits. Mais cela ne peut suffire
lorsqu’on lutte pour guérir la société d’un mal.
Il est indispensable de mettre en place un plan interministériel concret,
doté de moyens importants, notamment pour la création et le soutien de
programmes de prévention et d’éducation.
Nous appelons de nos voeux une mobilisation individuelle et collective, de
chacun, chaque jour, face à chaque acte dont il est témoin, face à toute
dérive qu’il constate autour de lui.
Si l’antisémitisme est le problème de tous, il appartient à chacun de le
combattre.
Date: 2016
Date: 2015
Abstract: SPCJ publishes statistics and analyses on Antisemitism in France in 2014

Antisemitic acts perpetrated on French soil are recorded by SPCJ
in close collaboration with the Interior Ministry.

‣ During the year 2014, Anti-Semitic acts were a dominant phenomenon, occurring almost
without interruption.

‣ In 2014, the number of Antisemitic acts recorded on French soil doubled. They
increased to 851 versus 423 in 2013. This represents a jump of 101 percent.

‣ In 2014, violent acts increased by 130 percent compared to 2013. There were 241 violent acts
in 2014 versus 105 in 2013.

‣ Antisemitism has become increasingly violent and hyper-violent. Today, Antisemitic threats in
France include persistent bias, sectarian stereotypes, deep hatred, but especially Antisemitic
jihadist terror. Men and young children are killed for the sole reason that they are Jewish.

‣ 51 percent of racist acts committed in France in 2014 targeted Jews. Jews represent
less than one percent of the French population.
Less than 1 percent of this country's citizens are the target of half of all racist acts
committed in France.

‣ The 30-percent increase in racist acts committed in France in 2014 compared to 2013
comprises exclusively an increase in Antisemitic acts. Indeed, racist acts, excluding
Antisemitic acts, that were recorded in 2014 decreased by 5 percent compared to 2013.
This shows once again how much we need tailored programs, adequate measures, and
specific tools to fight Antisemitism efficiently. Many anti-Racism programs do not stop the rise
Antisemitic acts, far from it.

‣ Cities most impacted by Antisemitic acts in 2014 include Paris, Marseille, Lyon, Toulouse,
Sarcelles, Strasbourg, Nice, Villeurbanne and Créteil.
Date: 2015
Abstract: Le SPCJ publie les statistiques et analyses de l’antisémitisme en France en 2014

Le recensement des actes antisémites commis sur le territoire français
réalisé par le SPCJ se fait en étroite coopération avec le Ministère de l’Intérieur.

‣ L’année 2014 est une année où le fait antisémite est prépondérant quasiment sans
discontinuer.

‣ En 2014, le nombre d’actes antisémites recensés sur le territoire français a doublé. Il est
de 851 contre 423 en 2013. Cela représente une augmentation de 101%.

‣ En 2014 les actions violentes ont augmenté de 130% comparativement à 2013. Le nombre
d’actions violentes en 2014 est de 241 contre 105 en 2013.

‣ L’antisémitisme est devenu toujours plus violent et hyper-violent. Aujourd’hui parler de la
menace antisémite en France c’est parler de préjugés tenaces, de stéréotypes sectaires, de
haine profonde mais aussi et surtout de terrorisme djihadiste antisémite. On tue des hommes,
des enfants en bas âge pour l’unique raison qu’ils sont Juifs.

‣ 51% des actes racistes commis en France en 2014 sont dirigés contre des Juifs. Les
Juifs représentent un peu moins de 1% de la population française.
Moins de 1% des citoyens du pays est la cible de la moitié des actes racistes commis en
France.

‣ La hausse de 30% des actes racistes commis en France en 2014 comparativement à
2013 est constituée exclusivement par la hausse des actes antisémites. En effet, les actes
racistes, hors actes antisémites, recensés en 2014 sont en recul de 5% comparativement à
2013.

Cela montre une fois de plus combien l’antisémitisme, pour être efficacement combattu, a
besoin de programmes, de mesures, d’outils adaptés à sa propre mécanique. Combien les
programmes de lutte anti-racisme n’endiguent pas la progression des actes antisémites, loin
s’en faut.