Search results

Your search found 217 items
You ran an advanced options search Previous | Next
Sort: Relevance | Topics | Title | Author | Publication Year View all 1 2 3 4 5
Home  /  Search Results
Date: 2016
Abstract: ה-SPCJ) שירות להגנת הקהילה היהודית) מפרסם דו"ח סטטיסטי על האנטישמיות בצרפת בשנת
2015
איסוף המידע בנושא המעשים האנטישמיים בצרפת מתבצע על-ידי ה-SPCJ בשיתוף פעולה הדוק עם
משרד הפנים הצרפתי
האנטישמיות בצרפת בשנת 2015 הייתה גבוהה באופן קיצוני, אלימה ביותרו ,נבעה ממקורות
צרפתיים פנימיים:
ב-2015 בוצעו בצרפת 808 מעשים אנטישמייםמ .ספר זה כולל אך ורק את המעשים שבעקבותיהם •
הוגשה בפועל תלונה למשטרה. מדובר במספר גבוה ביותר.
בשנת 2015 נלקחו 29 בני ערובה (גברים, נשים, ילדים ותינוקות) בסופרמרקט "היפר כשר". האירוע •
התרחש ב-9 בינואר 2015 .במהלך האירוע הוצאו להורג 4 בני אדם.
לראשונה הגיעה האנטישמיות בצרפת לרמה גבוהה באופן קיצוני, ללא כל קשר לסכסוך מזוין • כזה
או אחר במזרח התיכון.
בשנת 2015 שוב ספגו היהודים, המהווים פחות מ-%1 מאוכלוסיית צרפת, %40 מן המעשים •
הגזעניים שבוצעו בצרפת בכלל, ו-%49 מן התקיפות האלימות על רקע גזעני.
בשנת 2015 קיבלה משטרת צרפת בממוצע 2 דיווחים על מעשים אנטישמיים מדי יום. •
בשנת 2015 נרשם מספר גדול של עדויות מפי כאלה שנפלו קורבן למעשים אנטישמיים אולם בחרו •
שלא להגיש תלונה במשטרה על העלבונות האנטישמיים שהוטחו בהם, על האיומים שספגו או על
התקיפות ה"קלות" שבוצע נגדם, וזאת חרף העובדה שחודשים ספורים קודם לכן הוצאו יהודים
להורג רק בשל היותם יהודים.
עולה בהתמדה מספרם של יהודי צרפת הבוחרים להגר למדינות אחרות או המתכננים לעשות זאת. •
חלק ניכר מיהודי צרפת שוב אינו מצליח להבין איזה מקום תופסים היהודים באומה הצרפתית,
וחש שבנוסף לאי-הביטחון הפיזי שבו הם שרויים, המדינה כבר איננה מבינה אותם
Date: 2016
Abstract: Le SPCJ publie les statistiques et analyses de l’antisémitisme en France en 2015
Le recensement des actes antisémites commis sur le territoire français
réalisé par le SPCJ se fait en étroite coopération avec le Ministère de l’Intérieur.
L’antisémitisme en France en 2015 est extrêmement élevé, hyper-violent et endogène :
‣ 808 actes antisémites commis en France en 2015 ayant donné lieu à un dépôt de plainte.
Un nombre extrêmement élevé.
‣ En 2015, 29 personnes (hommes, femmes, enfants, bébés) sont prises en otage dans un
supermarché cacher le 9 janvier 2015. 4 personnes y sont exécutées.
‣ Pour la première fois, l’antisémitisme en France atteint un niveau extrêmement élevé
indépendamment de tout conflit armé au Proche Orient.
‣ En 2015, une fois de plus, les Juifs, qui représentent moins de 1% de la population totale,
sont la cible à eux seuls de 40% des actes racistes commis en France et de 49% des
violences racistes aux personnes.
‣ En France, en 2015, en moyenne, 2 actes antisémites sont recensés par la police chaque
jour.
‣ En 2015, de très nombreux témoignages de victimes d’actes antisémites évoquent leur
réticence à déposer plainte pour des insultes antisémites, des menaces ou des violences
légères alors que certains, quelques mois plus tôt, se sont fait exécuter, car Juifs.
‣ Le nombre de Juifs qui quittent ou envisagent de quitter la France pour rejoindre d’autres
pays ne fait qu’augmenter. Une grande partie des Juifs en France ne comprend plus sa
place dans la Nation, se sent incomprise au-delà même de son insécurité physique.
Author(s): Katz, Ethan B.
Date: 2015
Abstract: Headlines from France suggest that Muslims have renewed an age-old struggle against Jews and that the two groups are once more inevitably at odds. But the past tells a different story. The Burdens of Brotherhood is a sweeping history of Jews and Muslims in France from World War I to the present. Here Ethan Katz introduces a richer and more complex world that offers fresh perspective for understanding the opportunities and challenges in France today.

Focusing on the experiences of ordinary people, Katz shows how Jewish–Muslim relations were shaped by everyday encounters and by perceptions of deeply rooted collective similarities or differences. We meet Jews and Muslims advocating common and divergent political visions, enjoying common culinary and musical traditions, and interacting on more intimate terms as neighbors, friends, enemies, and even lovers and family members. Drawing upon dozens of archives, newspapers, and interviews, Katz tackles controversial subjects like Muslim collaboration and resistance during World War II and the Holocaust, Jewish participation in French colonialism, the international impact of the Israeli–Arab conflict, and contemporary Muslim antisemitism in France.

We see how Jews and Muslims, as ethno-religious minorities, understood and related to one another through their respective relationships to the French state and society. Through their eyes, we see colonial France as a multiethnic, multireligious society more open to public displays of difference than its postcolonial successor. This book thus dramatically reconceives the meaning and history not only of Jewish–Muslim relations but ultimately of modern France itself.
Date: 2013
Abstract: 2012 : Une année de violences sans précédent contre les Juifs de France
• La Communauté juive a été la cible de 2 attentats en moins de 6 mois.
4 personnes - dont 3 enfants - ont été tuées et 2 personnes ont été blessées.
• 614 actes antisémites ont été recensés en 2012 contre 389 en 2011, soit
une augmentation de 58%
• Les agressions physiques et verbales (violences + propos, gestes
menaçants et démonstrations injurieuses) ont augmenté de 84% par
rapport à 2011 (315 en 2012 contre 171 en 2011)
• Les agressions physiques (violences) ont augmenté de 69% en 2012
comparativement à 2011 (96 en 2012 contre 57 en 2011)
• Un quart des agressions physiques est commis au moyen d’une arme
Les 2 principaux pics d’augmentation des actes antisémites ne sont pas liés au
contexte international
• Loin de susciter une prise de conscience, les attentats de Toulouse et de
Sarcelles ont été suivis d’une augmentation très marquée des actes
antisémites
• Après l’attentat de Toulouse, de nombreux actes antisémites ont été
commis en faisant référence à un soutien ou à une identification à Merah
et à son action
55% des violences racistes en France en 2012 sont dirigées contre des Juifs*
• Selon les services du Ministère de l’Intérieur, 175 faits de violence physique
à caractère raciste ont été enregistrés : 96 faits à caractère antisémite, 70
faits à caractère raciste et xénophobe et 9 faits à caractère antimusulman.
• L’augmentation des actes antisémites en France en 2012 est plus de 8 fois
supérieure à l’augmentation des autres actes racistes et xénophobes : 58%
contre 6.8%
* Ce chiffre est à mettre en perspective avec la réalité démographique estimée de la communauté juive en France
Où ont lieu les agressions antisémites contre les personnes ?
• La majorité des agressions antisémites ont lieu sur la voie publique
• Certaines villes et certains quartiers sont le théâtre d’agressions
antisémites chroniques
Date: 2014
Abstract: Le SPCJ publie les statistiques et analyses de l’antisémitisme en France en
2013.
Le recensement des actes antisémites commis sur le territoire français
réalisé par le SPCJ se fait en étroite coopération avec le Ministère de
l’Intérieur.
‣ La diminution attendue du nombre d’actes antisémites après l’année
2012 – année hors norme en matière d’antisémitisme – n’a pas eu lieu
dans les proportions légitimement escomptées.
‣ Le niveau élevé de menaces antisémites crée un climat hostile où la
parole haineuse anti-juive se libère et favorise à court ou moyen terme
les passages à l’acte.
On peut aisément se figurer combien ce climat va au-delà du présent
recensement chiffré. En effet, le nombre de sites internet, blogs, forum,
mails de nature antisémite se développe de façon exponentielle sur la
toile et ces nouvelles manifestations médiatiques d'antisémitisme ne
sont toujours pas, à ce jour, comptabilisées.
‣ Depuis l’an 2000, soit depuis 14 années consécutives, le nombre d’actes
antisémites en France est très élevé.
Depuis l’année 2000, le nombre d’actes antisémites recensés est en
moyenne 7 fois plus élevé que le nombre d’actes antisémites des années
90. Sur la période, 6 personnes ont été assassinées parce que juives dont
trois enfants en bas âge.
L’antisémitisme en France ne peut plus être considéré comme un
phénomène conjoncturel lié aux évènements et conflits du ProcheOrient
; il s’agit d’un mal structurel qui n’étant pas combattu comme
tel n’a pu être enrayé à ce jour.
‣ Racisme et antisémitisme : « 40% pour moins de 1% »
40% des violences racistes commises en France en 2013 sont dirigées
contre des Juifs. Or, les Juifs en France représentent un peu moins de
1% de la population. Cela signifie que moins de 1% des citoyens du
pays a concentré 40% des violences physiques racistes commis en
France.
‣ Cette année encore les villes de Paris, Marseille, Lyon, Toulouse,
Sarcelles, Strasbourg et Nice sont les villes les plus touchées par le
nombre d’actes antisémites recensés en France.
La rétrospective des faits et tendances antisémites de ces 14 dernières
années démontre que la violence antisémite s’est installée, ancrée dans la
société. Mais élément aggravant, pour les Juifs de France c’est leur
sentiment d’isolement dans le combat contre l’antisémitisme. Or les
valeurs attaquées par ce fléau ne sont-elles pas celles de tout une Nation ?
La lutte contre l’antisémitisme se joue dans les terrains judiciaires et c’est
tout naturel puisqu’il s’agit d’abord de délits. Mais cela ne peut suffire
lorsqu’on lutte pour guérir la société d’un mal.
Il est indispensable de mettre en place un plan interministériel concret,
doté de moyens importants, notamment pour la création et le soutien de
programmes de prévention et d’éducation.
Nous appelons de nos voeux une mobilisation individuelle et collective, de
chacun, chaque jour, face à chaque acte dont il est témoin, face à toute
dérive qu’il constate autour de lui.
Si l’antisémitisme est le problème de tous, il appartient à chacun de le
combattre.
Date: 2016
Date: 2010
Date: 2008
Abstract: Depuis sa création, l’école juive n’a cessé d’évoluer. En multipliant ses structures, en augmentant
ses effectifs, en professionnalisant ses équipes d’encadrement, elle a su répondre aux
besoins communautaires de l’après guerre puis de la vague d’immigration des juifs d’Afrique
du Nord.
Aujourd’hui, un nouveau défi s’impose. L’école pour tous, s’adresse-t-elle vraiment
à chacun?
Tous les élèves n’ont pas les mêmes acquis socioculturels, ni les mêmes rythmes d’apprentissage,
pour certains les bases sont fragiles, le vocabulaire est succinct, d’autres ont des
difficultés de socialisation. La liste est longue et la gestion de l’hétérogénéité est complexe.
Cela fait une trentaine d’années que le retard scolaire est une des préoccupations
majeures des professionnels de l’éducation. Qu’en est-il dans l’école juive ?
Au cours de leur scolarité, à peu prés tous les élèves sont à un moment ou un autre en
difficulté d’apprentissage. Quelles sont les définitions et les réponses institutionnelles à
la difficulté, à l’échec scolaire et au handicap ?
Parallèlement à la communauté éducative nationale, la communauté juive a construit des structures
d’accueils et d’aides aux enfants et aux familles. Différents acteurs interviennent auprès
des enfants en difficulté : des éducateurs, des psychologues, des bénévoles. Il s’agit pour nous
maintenant de clarifier la mission de chacun pour renforcer leur complémentarité.
Où se situe l’école dans le vaste champ de l’éducation spécialisée, à quel moment
l’enseignant a-t-il la responsabilité d’une prise en charge de l’élève en difficulté et où
se situe les limites de cette intervention ?
Author(s): Gross, Martine
Date: 2012
Abstract: Dans la société française contemporaine, laïque et souvent considérée hostile aux regroupements sur une base « communautaire », le Beit Haverim (« Maison des Ami-e-s » en hébreu) représente une association originale. Créée à la fin des années 1970, ce groupe juif homosexuel parisien s’inscrit d’abord dans les transformations du mouvement homosexuel, dont il fait partie intégrante. Le Beit Haverim participe du mouvement actuel des associations « gay plus un » que décrit Elisabeth Armstrong1 dans son analyse de la construction identitaire gay depuis les années 1950 à San Francisco. Son développement renvoie aussi aux transformations du monde juif français, marqué par le questionnement sur la place du religieux dans l’identité juive. Alors que les lieux de socialisation juive, synagogues, centres culturels, n’autorisent pas une affirmation gay ou lesbienne, le Beit Haverim permet à ses membres non seulement de vivre leur homosexualité dans une dimension identitaire collective mais également d’y trouver un support pour une autre dimension identitaire, leur judéité. Les différents rituels proposés par l’association offrent à ses sympathisants de quoi forger un sentiment d’intégration et d’affirmation de leurs deux dimensions. Des « tea dance » calées sur le calendrier des fêtes juives jusqu’aux cérémonies d’union modelées sur le rituel du mariage juif traditionnel, l’entretien entre Franck Jaoui, son actuel porte-parole, et Martine Gross, chercheure qui fut aussi l’une des membres fondatrices de l’association, permet de retracer la place du rituel dans la construction de sociabilités et d’identités juives homosexuelles en France.
Author(s): Kosmin, Barry A.
Date: 2016
Abstract: Launched by the American Jewish Joint Distribution
Committee’s International Centre for Community
Development (JDC-ICCD), and conducted by a research
team at Trinity College (Hartford, Connecticut, USA)
between June and August 2015, the Third Survey of
European Jewish Leaders and Opinion Formers presents
the results of an online survey administered to 314
respondents in 29 countries. The survey was conducted
online in five languages: English, French, Spanish, German
and Hungarian. The Survey of European Jewish Leaders
and Opinion Formers is conducted every three or four
years using the same format, in order to identify trends
and their evolution. Findings of the 2015 edition were
assessed and evaluated based on the results of previous
surveys (2008 and 2011).
The survey posed Jewish leaders and opinion formers a
range of questions about major challenges and issues that
concern European Jewish communities in 2015, and about
their expectations of how communities will evolve over
the next 5-10 years. The 45 questions (see Appendix) dealt
with topics that relate to internal community structures
and their functions, as well as the external environment
affecting communities. The questionnaire also included
six open-ended questions in a choice of five languages.
These answers form the basis of the qualitative analysis
of the report. The questions were organized under the
following headings:
• Vision & Change (6 questions)
• Decision-Making & Control (1 question)
• Lay Leadership (1 question)
• Professional Leadership (2 questions)
• Status Issues & Intermarriage (5 questions)
• Organizational Frameworks (2 questions)
• Community Causes (2 questions)
• Jewish Education (1 question)
• Funding (3 questions)
• Communal Tensions (3 questions)
• Anti-Semitism/Security (5 questions)
• Europe (1 question)
• Israel (1 question)
• Future (2 questions)
• Personal Profile (9 questions)

Search results

Your search found 217 items
You ran an advanced options search Previous | Next
Sort: Relevance | Topics | Title | Author | Publication Year View all 1 2 3 4 5